La vie de saint Martin 

Saint Martin est l’un des saints les plus populaires.  Plusieurs centaines de villages, d’églises  et de familles portent son nom. 

C’est « la Vie de Martin »,  biographie décrite par Sulpice Sévère (360-420), qui a fait connaître le détail de sa vie. Cet écrit fut  complété par Paulin de Périgueux vers 470, puis par Venance Fortunat, érudit italien, évêque de Poitiers en 600. Saint Grégoire, l’un de ses successeurs à Tours, (vers 570) a embelli la légende.
Jacques de Voragine, dans la Légende Dorée (1260) donna une forme définitive à la vie de saint Martin.

Martin serait né vers 316 de parents païens à Sabaria en Pannonie, région de l'actuelle Hongrie.
Martin, qui était très pieux, aspirait à devenir chrétien, mais il était fils d’officier supérieur chargé de l’administration de l’armée et un édit de l’empereur l’obligea à servir dans l'armée dès l'âge de 15 ans. Baptisé à Amiens en 339, Martin n’obtint l'autorisation de quitter l'armée que deux ans plus tard, mais il sera pour toute sa vie « un soldat du Christ ».

Après un séjour dans sa patrie d'origine, il revint à POITIERS et fonda le premier monastère des Gaules à LIGUGÉ, au sud de Poitiers.

 

Suite