Culte des martyrs et des saints

Parallèlement aux grands pèlerinages, plutôt spirituels, se développe le culte des martyrs (catacombes restaurées par le pape Damase, 366-384), et le culte des saints.

Ainsi naissent des pèlerinages locaux (simples visites au tombeau d'un saint ou à un sanctuaire de la Vierge) souvent peu éloignés du lieu de résidence du pèlerin qui venait y chercher la guérison de ses maladies ou y accomplir un vœu.

 

Puis, le long des trajets qu'empruntent les pèlerins, sur le chemin de Compostelle notamment, on prévoit de s'arrêter à chaque étape sur le tombeau d'un saint local connu ou dans un lieu consacré au culte de la Vierge (lieux d’apparitions ou de statues, icônes de la Vierge). Certaines de ces étapes deviendront des sanctuaires renommés sur le chemin, Saint-Gilles-du-Gard, Saint-Guilhem-le-Désert, Rocamadour, …