Le stylobate

A partir du niveau où s’amorce la courbe de l’abside du côté sud, le soubassement (ou stylobate) est décoré de médaillons sculptés de motifs très divers, à raison de deux médaillons par section.
Le projet initial prévoyait d’y sculpter des scènes de l’ancien testament. En effet, jusqu’à l’axe de la clôture, mis à part le premier médaillon qui fait référence à l’histoire locale, sont représentées sur les 16 premiers des scènes de l’ancien testament. Ces médaillons ont été exécutés en 1529. Ils sont entourés d’anges joufflus et de personnages pittoresques.
Puis, dans la deuxième partie, on trouve des scènes tirées de la mythologie et notamment les travaux d’Hercule.

A la Renaissance, en effet, l’art et la littérature se plaisent à faire un parallélisme entre la mythologie et l’histoire sainte et cette tendance se déploie avec les artistes baroques. Ils ont une prédilection pour les exploits d’Hercule qui deviennent les symboles de la lutte du bien contre le mal : Hercule représentait aux yeux des grecs le justicier qui combat le méchant, punit l’impie et le parjure, reste le modèle du courage devant les périls qui assaillent l’homme. Les héros étaient là pour faire le bien de l’humanité.
Enfin, du côté nord de l’abside, ont été rajoutés des portraits d’empereurs romains qui voisinent avec celui du roi Louis XII. Ces médaillons datent de 1528.

35 médaillons se succèdent ainsi ; ils sont maintenant très détériorés et parfois peu lisibles. Nous nous fierons donc pour leur interprétation à la description qu’en a faite Jean Villette dans son guide de Chartres.