27 - Le lèvement de Croix

Les évangiles donnent peu de détails sur le déroulement de la crucifixion. La représentation la plus ancienne dans l’art chrétien est celle où l’on cloue Jésus sur une croix déjà dressée,  avec Marie débout près de la croix "Stabat mater". Une autre, plus tardive, est tirée du pseudo Bonaventure « la croix, après avoir été étendue sur le sol en fût relevée et fixée en terre ». Sculptée ici, elle restera pourtant marginale, mais elle s’adaptait mieux à la faible hauteur disponible et à l’intensité douloureuse qu’on voulait faire ressentir. Elle représente les bourreaux relevant, à l’aide de cordes, la croix où ils ont cloué le Christ. L’effort qu’ils déploient se lit sur leur visage. Pour insister sur le pathétique, Marie s’effondre, soutenue par Jean et une femme tandis que Marie Madeleine, éplorée, tombe à genoux, en larmes. (Bossuet dira que c’est sacrilège de faire ainsi s’effondrer Marie Madeleine !) Le Christ, contorsionné, la tête projetée sous la barre transversale, semble offrir ses douleurs.