4 - La Naissance de Marie

La naissance de Marie est évoquée ici par le bain du nouveau-né, dans une chambre au décor raffiné. Jean Soulas  reste très près du contrat qu’il a signé : « Anne couchée au lict » « le lict à pilliers et du linge à l'entour des pilliers  en façon de rideaulx de lict,»  « et une femme qui tiendra la Vierge Marie », Anne repose dans un lit à baldaquin, sa servante Judith se penche vers elle avec sollicitude. La sage-femme porte l'enfant sur une serviette, prête à la plonger dans un baquet alors qu’une très jolie servante tient « ung pot en façon d'argent » pour verser l’eau dans la cuve. Cette scène nous montre la grande variété des costumes et des coiffes de l’époque, qui se portaient alors à l’intérieur comme à l’extérieur. Elle nous permet aussi de pénétrer dans l’intimité de la chambre des femmes au Moyen âge, dont l’importance a été soulignée par madame Klapisch-Zuber : « Au cœur de la maison médiévale est la chambre, où la femme se tient, où elle travaille, conçoit, enfante et où elle mourra. »