Un grand élan de foi suivit l’incendie de 1194 au cours duquel le voile de Marie avait été « miraculeusement » sauvé. La cathédrale fut reconstruite et pratiquement achevée en 1230.

Le portail royal étant épargné, on décida d’ériger deux autres portails au transept, ce qui est exceptionnel.

Jusqu’à la mort de Jean de Salisbury en 1180, Chartres avait bénéficié d’un rayonnement intellectuel grâce à son école relancée par Fulbert au XIè siècle. Mais à partir de cette date, Paris deviendra, et jusque vers 1230, le siège de la nouvelle pensée. Seul Pierre de Roissy a laissé son empreinte à Chartres dans cette période et l’évêque Regnault de Mouçon (1218-1234), cousin de Philippe Auguste, était plutôt un guerrier qu’un théologien. Faute d’idée originale, on choisit de sculpter le Couronnement de Marie et le Jugement dernier qui étaient les deux thèmes favoris de l’époque. Ils complétaient ainsi le portail royal qui illustrait l’Apocalypse. On ouvrit une baie de chaque côté des baies centrales pour donner plus de développement aux sujets traités. Les deux portails nord et sud, sculptés dans la même période, présentent certaines analogies dans les traits des personnages.

Suite