Présentation
Cette baie est en parfaite symétrie avec celle de la Vierge à droite. Le Christ est venu sur terre pour sauver les hommes et sa mission se termine par son Ascension et la promesse d’un retour.
La plupart des auteurs voient dans cette baie une représentation de l’Ascension du Christ, sa montée au ciel à la fin de sa vie terrestre.

Si, dans les Evangiles, Jean laisse seulement deviner cet évènement, Marc et Luc évoquent l’Ascension de manière très brève « Il les emmena jusque vers Béthanie, et, levant les mains, il les bénit. Or, pendant qu'il les bénissait, il se sépara d'eux, et fut emporté au ciel » Lc 24, 50-53. Les Actes des apôtres précisent un peu les choses : Quarante jours se sont écoulés depuis la Résurrection et Jésus promet à ses disciples de leur envoyer l’Esprit Saint qui leur permettra d’évangéliser toute la terre « sous leurs yeux, il s’éleva et une nuée vint le soustraire à leurs regards » Ac 1, 9.

Emile Mâle écrit que le thème de l’Ascension s’est répandu à cette époque sur les portails des cathédrales comme à Toulouse, Cahors, Mauriac. Les deux anges qui entourent le Christ ont d’ailleurs la même attitude déhanchée qu’à Cahors et Mauriac.
Cette interprétation a été contestée. Margot Fassler voit ici le Christ avant son Incarnation, et Paul Durand, Jésus-Christ porté sur les eaux du fleuve de vie.
Si la thèse de l’Ascension a été le plus souvent retenue, c’est surtout pour la promesse par Jésus de son retour attendu par les chrétiens.