Le trumeau disparu

 

 Au centre du linteau, on voit que la colonnette a été brisée et, en dessous, on remarque un certain affaissement et un mauvais raccordement entre la colonnette et son chapiteau. Ceci laisse à penser qu’il y avait à l’origine un trumeau. Selon certaines théories, il aurait pu être détruit en 1520 lorsque Jean de Beauce a entrepris l’édification d’une tribune au revers de la façade, travail qui n’a pas été poursuivi mais dont les traces sont encore visibles.

M-F Jourdan, qui a publié une étude pour la Société Archéologique d'Eure-et-Loir, suggère que, comme c’était le cas au XIIè siècle, Marie, patronne titulaire de la cathédrale, aurait pu avoir sa place sur ce trumeau. Si, pense-t-elle, cette théorie est hardie dans la mesure où c’est surtout au XIIIè siècle qu’on trouve Marie aux portails des églises, elle expliquerait le sens de lecture des chapiteaux au dessus et placerait Marie, patronne de la cathédrale, au centre de l’histoire.

Selon d’autres auteurs, c’était peut être Jean Baptiste portant l’agneau qui était sculpté, car l’Agneau de l’Apocalypse est bizarrement absent de ce portail. Mais son statut de second patron de la cathédrale, qui aurait pu lui valoir cette place, est postérieur à la construction du portail.

Aucun texte ne permet de confirmer toutes ces hypothèses.