Dix personnages entourent la porte centrale, cinq de chaque côté, alors qu’on en trouve sept autour des portes latérales. De ces hauts reliefs se dégage un grand hiératisme. Les personnages sont comme désincarnés. De la vigueur des lignes jaillit comme une force spirituelle.

Les personnages portent des livres ou des rouleaux serrés sur la poitrine. Qui sont ces rois, reines et grands prêtres coiffés du bonnet juif ? Les historiens débattent encore de l’identification de la plupart de ces statues. Pour Emile Mâle, il ne peut s’agir que de personnages de l’ancienne Loi, ancêtres ou figures du Christ, qui sont : « comme les colonnes du portique qui introduit dans le Temple » (E. Mâle)

C’est un peuple de rois, de prêtres et de prophètes appelés à partager la gloire du Christ. 
On regrette la disparition de certaines statues : le trumeau a disparu vers 1520. Une statue a été placée en 1528 à l’angle du clocher du XIIè et rebaptisée ange au cadran. D'autres statues ont été remplacées en 1820 par des fûts lisses. Enfin cinq statues, rongées par une maladie de la pierre, ont été enlevées vers 1970 et déposées dans la crypte où elles sont toujours visibles. Elles ont été remplacées par des copies.