Voussure 5 - Travaux des mois

Dans le Haut Moyen Age, le travail est considéré comme une pénitence donnée à l’homme pécheur ; mais il est très vite revalorisé à la fin de cette même époque. Dans ces voussures, c’est le travail de la terre imposé à Adam que l’Eglise met au premier plan. Ce travail imposé à Adam est illustré au porche central voussures 8 et 9 n°18, exactement en parallèle avec celle là.

Le paysan est bien un fils d’Adam. Vincent de Beauvais, dans son miroir doctrinal, a exposé les travaux qui convenaient à chaque mois. Il les présente comme une œuvre divine tombée aux mains de l'homme mais protégée de Dieu, qui fait lever le soleil sur la terre, et sans lequel nous n'aurions pour elle ni humidité, ni chaleur, ni semailles, ni moisson. C’était apprendre aux populations rurales que leurs travaux agricoles étaient bénis de Dieu, qu’ils étaient méritoires.

Dans cette voussure, les activités rurales suivent la marche du soleil. La lumière du jour croît jusqu’au solstice d’été : le mois de juin est au sommet de l’arc. Puis les jours décroissent jusqu’au solstice d’hiver : le mois de décembre est au bas de l’arc.