cathédrale de chartres
 

Historique

Choeur

Tour du choeur

Crypte

Labyrinthe

Clou de saint Jean

Grand Orgue

Portails

Vitraux

Thèmes

Bibliographie

Liens


Nouveau

Danse sur labyrinthe

 

 

Inscrit dans le dallage, à quelques mètres de l’entrée principale, il a été réalisé vers 1200. Avec plus de 12 mètres de diamètre, il se déploie sur toute la largeur de la nef. Son parcours se développe sur 261,55 m.

Héritage médiéval, le labyrinthe de la cathédrale de Chartres est l’un des rares témoignages conservés dans les édifices gothiques. D’autres ont cependant existé comme dans les cathédrales de Reims, Sens, Arras ou Auxerre...

Aujourd’hui, subsistent celui de la collégiale de Saint-Quentin ou encore celui de la salle capitulaire de la cathédrale de Bayeux, par exemple...
en revanche, celui de la cathédrale d'Amiens a été reconstitué au XIXe siècle.

Appelé « Chemin de Jérusalem », « dédale » ou « lieue », aucun texte ancien ne nous renseigne sur la pratique du labyrinthe à l’époque médiévale.

Le labyrinthe n'égare pas ceux qui s’y engagent : les méandres de l'itinéraire mènent finalement directement au centre : ils inviteraient à considérer le parcours du labyrinthe comme un voyage intérieur. Aussi est-il souvent présenté aujourd’hui, comme un chemin symbolique vers la Jérusalem céleste.

Toutefois, le chanoine Souchet, décédé en 1654, s'étonnait que l'on conservât ce labyrinthe, dans lequel il ne voyait qu'un "amuse fol, auquel ceux qui n'ont guère à faire perdent le temps à touner et courir".